Adventices en agriculture : pourquoi sont elles là ?

5
Partager :

Il est de 10 à 30 % pour le pâturin annuel, les rumex ou le mouron des champs, ce qui signifie que 50 % du stock semencier est encore présent après 7 à 8 ans[ 20]. 1. Le stock semencier de ces plantes a donc pratiquement disparu au bout d’un an.

Lorsque vous la rencontrez dans une de vos parcelles, elle a un rôle à jouer dans cet endroit là, à ce.

A lire aussi : Quelle variété de consoude faut-il planter dans votre jardin ?

Territoire étudié.

L’amarante et le chénopode, considérées dans l’Europe contemporaine comme des adventices problématiques, étaient cultivées par certaines cultures précolombiennes et pourraient constituer des sources de nourriture intéressantes[ 28] ,[ 8] ,[ 29].

A lire en complément : Budget courses : 100% bio pour 300€ par mois

En fonction des adventices présentes et de leur signification, on peut ensuite envisager une modification des pratiques d’entretien et/ou de fertilisation, ce qui suffit parfois pour faire disparaître « naturellement » des espèces envahissantes après seulement quelques années.

[ 33] ,[ 34] ,[ 35] ,[ 36].

Ces produits peuvent être soit :.

 Elles servent de nourriture aux invertébrés, aux oiseaux et aux microorganismes, dont certains sont des auxiliaires de culture[ 28]. fr/doc/jatba_0183-5173_1983_num_30_1_3886.

Néanmoins, il existe des herbicides dont la spécificité est plus fine. Le décalage de la date de semis est une stratégie d’évitement des adventices. www. Ces deux courants ont apporté des espèces ou des génotypes d’adventices différents, adaptés aux climats rencontrés. Ainsi, « Le mot mauvaises ne doit être pris ici que dans un sens relatif et non absolu, car d’excellentes plantes de prairies ou de pâturages sont de mauvaises herbes dans un champ de blé », écrit Mathieu de Dombasle ([~1840] 1862), qui ajoute : « et le blé lui-même serait une mauvaise herbe dans une pièce ensemencée en colza » (t. Les adventices appartiennent à un grand nombre de familles botaniques mais plus de la moitié des espèces fréquemment rencontrées appartiennent à l’une des familles suivantes : Astéracées, Poacées, Cyperacées, Polygonacées, Brassicacées et Apiacées[ 7] ,[ 8]. d’Agric. La fertilisation localisée : en ne déposant la fertilisation qu’au plus près de la plante cultivée, on lui donne un avantage sur les adventices.

En Europe, l’agriculture s’est propagée à la fois le long de la côte méditerranéenne et en remontant la vallée du Danube. Ils avaient remarqué que l’occurrence de certaines plantes en un endroit donné pouvait être indicatrice de la présence souterraine de gisements de zinc, de sélénium, de nickel ou de cuivre[ 31]. On distingue deux grandes classes d’herbicides, les anti-dicotylédones, utilisables sur les cultures de monocotylédones et les anti-monocotylédones, utilisables sur les cultures de dicotylédones.

On peut citer parmi ces neotaxons Lolium temulentum ou les variants hexaploïdes de Roemeria hybrida[ 6].

Parmi les espèces provenant d’Amérique, on peut citer: Amaranthus retroflexus, Ambrosia artemisiifolia, Conyza canadensis, Panicum capillare, Setaria parviflora, Conyza bonariensis, Datura stramonium, Dichanthium saccharoides, Galinsoga quadriradiata,  Xanthium stumarium, Aster squamatus, Bidens subalternans, Bromus catharticus, Paspalum dilatatum. Les adventices de grande taille, de grande étendue latérale, ayant une forte biomasse et, pour les graminées, un grand nombre de talles, sont plus susceptibles de capturer les ressources avant la culture.

35-48. Certaines espèces d’adventices étaient présentes dans les toundras européennes pendant la dernière glaciation. Enfin, le désherbage mécanique et le désherbage chimique comptent parmi les solutions de rattrapage.

Elles constituent tout d’abord une petite population très localisée. @dusolauvin. Cette stratégie est adaptée aux environnements fréquemment perturbés et riches en ressources (lumière, nutriment) comme les agroécosystèmes. ).  nécessaire]. Néanmoins ces espèces sont difficiles à identifier aujourd’hui[ 68]. Parmi ces espèces on peut citer Nigella arvensis, Valerianella echinata, Centaurea cyanus, Papaver argemone, Camelina sativa, Avena sativa, Neslia paniculata, Silene noctiflora, Thlaspi arvense[ 68]. L’utilisation des pesticides est à l’origine de maladies touchant les agriculteurs et leur famille : dépression[ 60] , cancer[ 61] ,[ 62] , dégénérescence rétinienne, problèmes respiratoires[ 63] , maladie de Parkinson[ 64] et malformations congénitales[ 65].

Les facteurs qui influent les communautés d’adventices peuvent être divisés en trois catégories[ 15]  : les conditions locales (climat, type de sol, structure du paysage), les facteurs abiotiques liés à la culture (herbicides, travail du sol, fertilisation) et les facteurs biotiques (culture, pathogènes et ravageurs, microorganismes).

Les cultures pérennes (luzerne) présentent également une plus grande proportion d’adventices pérennes que les cultures annuelles[ 37]. Les plantes adventices sont celles qui croissent sans avoir été semées : telles sont les mauvaises herbes, & les bonnes qui viennent de Dieu grâce, comme on dit vulgairement » (supplément de l’Encyclopédie, 1776).

« Le retour à des amendements organiques, massifs au besoin, peut permettre de restructurer les sols, d’améliorer leur capacité de rétention et de recréer ainsi des conditions moins favorables au développement de ces adventices envahissantes.

Beaucoup d’adventices ont été apportées en Europe au moment de la diffusion de l’agriculture, mélangées au graines des plantes cultivées (hémérochorie), accrochées aux poils du bétail ou aux affaires des humains.

Appl. Gasparin en 1849 et Dehérain en 1892 n’emploient que lui. », a aussi expliqué le conseiller. Les plantes et leur milieu sont en effet en fortes interactions : le développement d’une plante particulière ne sera possible que si un certain nombre de critères liés au sol sont réunis, comme par exemple l’érosion, l’hydromorphisme, le taux de matière organique, etc. C’est le cas du lin bâtard dans le lin cultivé, d’Echinochloa crus-galli oryzoides dans le riz, de Bromus secalinus dans le seigle ou de la vesce dans la lentille[ 17]. Le travail du sol, même superficiel, détruit les parties aériennes des adventices, fragmente et expose à l’air leurs systèmes racinaires. C’est ainsi que les plantes transgéniques risquent de se transformer en outils de sélection des espèces vivantes qu’elles prétendent combattre[ 66]. Néanmoins, les adventices présentent d’autres stratégies, intermédiaire entre une stratégie totalement rudérale et une stratégie totalement compétitive[ 13] ,[ 12]. Certaines espèces d’adventices, comme les messicoles, peuvent avoir une valeur culturelle. En 1971, un bioherbicide était défini comme une substance destinée à réduire les mauvaises herbes et ne provoquant pas de dégradation de l’environnement (Revue semestrielle de terminologie française, 1971).

In: Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 30ᵉ année, bulletin n°1, Janvier-mars 1983.

Faculté des Sciences, Université de Kisangani, B.

La possibilité du développement de cultures de maïs transgéniques, présentant une tolérance à des herbicides, comme le glyphosate (Roundup), ou encore le glufosinate ammonium avec l’événement de transformation T25, suscite des interrogations. Le liseron joue ainsi plusieurs rôles importants, quand on sait le gérer, dont celui de maintenir les mycorhizes pendant l’hiver.

INFLUENCES DES PLANTES ADVENTICES SUR LES PLANTES DE CULTURE QUELQUES RÉSULTATS. Elles peuvent limiter l’érosion ou fixer de l’azote.

 ». Il détruit préférentiellement les espèces pérennes et les monocotylédones[ 40]. des conditions environnementales favorables, vous l’avez bien développé,
mais surtout:
2.

Cette étude a eu lieu au cours des années 1978 et 1979.

L’apparition d’adventices est due à deux choses :
1. Ce sont principalement des espèces messicoles.

La gestion de la fertilisation azotée, les mélanges variétaux, le semis sous couvert, le choix de variétés concurrentielles, de densités de semis élevées, ou d’écartement faible des rangs contribuent à l’atténuation en culture. Le coquelicot est associé à la mémoire des combattants de la première guerre mondiale dans les pays du Commonwealth. Gérard Ducerf et Camille Thiry ont montré dans Les plantes bio-indicatrices[ 30] que leur observation permet de déterminer très finement la nature d’un sol, ses carences et ses excès (matière organique végétale ou animale, tassement, dégradation, excès en nitrates, etc. Il peut être combiné avec le faux semis : un léger travail du sol permet d’activer les graines en surface, qui peuvent ensuite être détruites mécaniquement ou chimiquement. Dans ces conditions, leur implantation connaît plusieurs phases. Un fort taux de croissance en début de cycle et une phénologie similaire à celle de la culture sont également des facteurs qui permettent aux adventices de s’installer et de se développer dans la culture et donc d’entrer en compétition[ 26]. Les OGM résistants aux herbicides sont un cas particulier du désherbage chimique permettant d’utiliser des désherbants à spectre plus large. Les plus grands utilisateurs de désherbants sont les agriculteurs conventionnels, mais aussi les jardiniers, qu’ils soient professionnels ou amateurs. Les adventices peuvent être :. MOSANGO (*).

Influence des plantes adventices sur les plantes de culture : quelques résultats. Lorsqu’on ne peut ou ne veut, ni récolter les plantes individuellement, ni les mélanger, ce qui est le cas pour des céréales semées à la volée, et de façon systématique dans les agricultures mécanisées, même les repousses des cultures précédentes (annexe 1) sont, elles aussi, indésirables – ce qui peut aller très loin : lorsqu’un contrat engage un agriculteur à livrer une variété ou un type variétal précis, toute repousse de la même espèce, mais d’une autre variété ou type, est une indésirable qui peut faire déclasser ou refuser le lot . Il existe en France 220 espèces d’adventices importantes[ 5] , mais 1200 espèces peuvent se rencontrer dans les agroécosystèmes[ 6] et 26 sont très fréquentes[ 7]. Le travail du sol modifie également la disposition des graines dans le sol. [ 6]. La très ancienne notion de mauvaise herbe qualifie intrinsèquement de nuisibles des espèces végétales, de même qu’on a longtemps décrété « nuisibles » des espèces animales comme les rapaces et les renards. La capacité de production de semence va de quelques centaines à plus de 10 000 graines par plante[ 21]. La contamination des eaux peut être le fait de la substance active ou de ses produits de dégradation: l’AMPA, un produit de dégradation du glyphosate, et les produits de dégradation de l’atrazine sont fréquemment observées[ 53]. La « nuisibilité » des adventices pour l’homme prend plusieurs formes[ 8] ,[ 22] :. 3 : 63).

C’est la notion de plantes dites « bio-indicatrices », défendue par un botaniste, Gérard Ducerf : « Une plante ne pousse pas par hasard. Les désherbants totaux sont très efficaces pour désherber des champs avant mise en culture.

En français, par extension, le terme mauvaise herbe ou mauvaise graine désigne également un adolescent proche de la délinquance[ 73]. Les plantes adventices sont considérées comme des mauvaises herbes ou des plantes nuisibles aux cultures car elles diminuent sensiblement le taux de rendement agricole. En revanche, les espèces spécialistes d’une culture donnée, caractérisées par un syndrome de mimétisme vavilovien, ont augmenté leur fréquence en raison de la simplification des rotations de culture[ 33] ,[ 34] ,[ 47].

Partager :
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!