Comment garder les abeilles solitaires loin ?

6
Partager :

La vie sur Terre a pris naissance dans la mer, et certains des êtres vivants qui y vivaient, à différents moments, ont colonisé le continent. Certains sont même retournés à l’eau après quelques millions d’années, comme les baleines, les dauphins et, parmi les plantes, les prairies poséidoniennes de notre Méditerranée.

Introduction

Les premières plantes terrestres, il y a environ 450 millions d’années, sont les mousses et les fougères, qui se reproduisent par les spores. Ils se déplacent dans l’air et, s’ils tombent dans un endroit approprié, germent et produisent un nouvel individu. Il y a environ 400 millions d’années, des plantes à tiges plus ramifiées sont apparues, avec des feuilles, et certaines feuilles modifiées en fleurs. Dans ces fleurs, on forme deux types de cellules responsables de la reproduction, les œufs mâles, le pollen et les femelles ; l’union des deux conduit à des graines qui perpétueront la espèces.

A lire aussi : Quand traiter les arbres fruitiers contre les vers ?

Ces plantes sont les « Gymnospermes » (sapins, cyprès, pins, etc.), qui se caractérisent en ce que leurs œufs ne sont pas protégés à l’intérieur d’un ovaire. Beaucoup ont disparu, d’autres vivent encore surtout dans des zones froides. Les gymnospermes se reproduisent sexuellement. Ils ont des fleurs mâles et femelles disposées en groupes (ananas). Les filles masculines sont disposées de telle sorte que, lorsqu’elles sont secouées par le vent, elles libèrent une énorme quantité de pollen, qui est portée par le vent, au hasard. C’est un grand coût énergétique pour la plante, mais c’est le moyen d’augmenter les chances que le pollen puisse atteindre un œuf et le féconder pour former les graines.

A lire aussi : Comment nettoyer votre jardin pour l'hiver ?

Il y a 130 millions d’années, dans les zones équatoriales, certaines plantes ont évolué, et à partir des feuilles terminales de leurs tiges, elles ont créé des structures florales plus complexes, avec des cavités spéciales fermées, les ovaires, pour protéger leurs oeufs. À ces plantes sont appelées « Angiospermes ». Différents groupes de plantes ont différents types de fleurs. Les plantes les plus similaires parmi eux, évolutionnellement plus proches, ont des fleurs plus similaires. Les types de fleurs sont essentiellement ce qui est utilisé pour classer les plantes dans l’un ou l’autre groupe botanique.

Mais la protection des oeufs à l’intérieur d’une cavité (ovaire) empêche l’accès facile du pollen pour le féconder. Pour résoudre ce problème, les Angiospermes ont créé des structures autour de l’ovaire avec des textures, des couleurs et des odeurs attrayantes pour les animaux spécialisés, et avec des récompenses alimentaires, de sorte que lors de leurs visites ces animaux ont été imprégnés de pollen et transportés d’une fleur à l’autre. Les fleurs placent la récompense de telle manière que, pour la prendre, l’animal doit frotter les anthères contenant le pollen, en traînant une partie de celui-ci, et doit également frotter la partie supérieure de l’ovaire, la stigmatisation, où une partie de ce qui sera déposée du pollen. Ce processus de transport est appelé pollinisation.

Depuis au moins 110 millions d’années, les premiers relevés fossiles de pollinisateurs sont connus :

De haut en bas et de gauche à droite : abeille, deux abeilles solitaires et une guêpe, bourdon, guêpe (megascolido), prenfido (mouche qui se déguise en abeille pour effrayer ses prédateurs) et coléoptère. Différentes plantes ont opté pour différents pollinisateurs pour remplir cette fonction : abeilles, colibris, coléoptères, papillons, mouches, chauves-souris…, bien que les principales soient les insectes, et, en elles, les abeilles, qui contribuent à la pollinisation de 73% de nos cultures (FAO).

Les plantes et les insectes de pollinisation entomophile ont « co-évolué », développant des stratégies pour optimiser leur relation. Une partie des stratégies végétales sont les suivantes :

  • Fleurs colorées, pour être facilement situées à partir de
  • Forme lointaine et placement des organes floraux (étamines, ovaires, pétales…) qui favorisent le débarquement d’insectes appropriés et la dispersion de leur pollen.
  • Dans

  • certaines plantes, la position des nectaires est indiquée par des marques sur les pétales
  • .

  • Dans d’autres, les fleurs dont ils sont sexuellement actifs émettent des odeurs attrayantes, qui les identifient comme blanches avec des réserves de nectar ou/et de pollen pour les insectes, rendant leurs visites plus loyales
  • .

  • Les grains de pollen ont des formes qui leur permettent de s’accrocher facilement aux poils d’insectes.
  • Une fois fécondés, ils perdent leur attractivité, enlever les pétales (dans certains cas, comme le lupin, changer la couleur à un autre moins visible, bleu), ou les odeurs…
  • Différentes espèces sont « distribuées » le calendrier de bonne saison de fertilisation, pour avoir plus d’accès à la population de pollinisateurs et éviter de rivaliser pour cette ressource

Cheveux d’abeille, plumes, avec pollen adhérant, photo au microscope à 400x Et les insectes ont développé, en parallèle, des modifications qui optimisent leur relation avec les plantes :

  • Longueurs de langue adaptées à la profondeur des nectaires des plantes qui pollinisent
  • les

  • poils avec des formes spéciales, plumes, pour plus facilement « balayer » pollen
  • Comportement de récolte « fidèle » à une plante (alors qu’il donne nectar et/ou pollen ne visitent pas une autre espèce)

Le pollen est produit en étamines de fleurs, dans une paire de sacs polyniques situés sur le dessus d’un filament. Les sacs s’ouvrent lorsque le pollen mûrit et, au moindre mouvement, le filament oscille et laisse sortir le pollen. Le grain de pollen est comme un œuf microscopique. Il a une coque protectrice (exine), avec quelques points plus faibles (pores, rainures) pour permettre la sortie de son intérieur. A l’intérieur, il y a un noyau, qui se déplacera dans un tube que le grain va s’allonger jusqu’à ce qu’il atteigne l’ovule pour le féconder. En outre, il contient également les réserves nécessaires pour le garder vivant et actif les 2-3 jours qu’il faut pour passer à travers l’ovaire et atteindre un œuf.

La forme du grain pollen, son diamètre, le nombre, la forme et la position de ses pores et rainures, ainsi que son ornement externe, sont caractéristiques de la plante qui l’a produit et permettent de l’identifier ainsi que ses fleurs, fruits, feuilles et autres organes.

Quand un ovaire est mûr, sa partie supérieure devient collante et les pollens qui le frottent peuvent être accrochés. Les hormones de cette partie de l’ovaire activent l’écoulement du contenu du grain de pollen, et leur voyage vers l’ovule pour le féconder.

Figure 1 : Correguela pollen grain sortant son contenu. Sur la droite, plus petit, grain de pollen de fenouil, et en bas un autre buisson. Figure 2 : Ovaire et voyage du grain de pollen à l’œuf. Une fois fécondé oeuf, d’autres hormones provoquent des transformations, telles que la chute des pétales, et l’épaississement et la transformation des parois de l’ovaire pour former le fruit (charnue, comme dans les pommes, les poires…, ou sec, comme dans les amandes, noisettes…).

La péninsule ibérique est une enclave d’une grande diversité biologique, où plus de 50% des plantes sauvages européennes prospèrent, environ 7 000 espèces différentes. Dans la seule communauté valencienne, il y en a environ 3000, comme dans toute l’Angleterre, qui a été rasée par la glace il y a 12 000 ans, lors de la dernière glaciation.

Dans la péninsule ibérique, les abeilles mellifères visitent environ 300 plantes différentes, sauvages et cultivées. Au sein de ces derniers se trouvent ceux qui produisent 1/3 de notre nourriture, qui disparaîtraient de notre garde-manger, ou deviendraient très rares, sans l’aide des abeilles.

Et, en ce qui concerne la végétation sauvage, à titre d’exemple, les abeilles aident à la reproduction 64,3 % des 718 espèces végétales du maquis du parc Doñana et 76,7 % des 891 espèces de la Sierra de Aracena. Les gommages méditerranéens sont la formation végétale qui recouvre le plus le sol et le protège de l’érosion par la pluie traînée et le vent. Ces plantes sont également la base du régime alimentaire d’une grande partie des animaux qui vivent dans ces gommages, habituellement, ou pendant leurs périodes migratoires.

Polliniser les cultures, un service

1/3 de la nourriture de nos culottes a été produite grâce à la pollinisation des abeilles. La pollinisation des cultures est un service essentiel pour la production agricole produite par les ruches et les pollinisateurs sauvages, essentiellement des abeilles solitaires qui nichent dans le sol et les remblais.

Malheureusement, la combinaison du changement climatique, les grandes extensions de monocultures qui fournissent une nutrition défectueuse aux abeilles (il n’est pas sain de manger toujours les mêmes), et l’utilisation d’agents phytosanitaires, provoquent une diminution des populations de pollinisateurs sauvages. Et dans certains pays, comme les États-Unis, aussi le nombre de ruches.

Abeille et abeille solitaire en fleur de brousse. Photo Alex Sirera. En Espagne, les pollinisateurs sauvages perdent également des populations, mais pas les abeilles mellifères. Nous avons doublé les ruches en une génération, actuellement à environ 2 800 000, plus qu’aux États-Unis. Ils ont environ 2,600 000.

Une ruche compte environ 45 000 abeilles, dont la moitié visitent des fleurs dans un rayon d’environ 1,5 km, de sorte qu’elles sont largement utilisées par les agriculteurs pour assurer une bonne pollinisation et la fructification conséquente de leurs cultures entomophiles. Son utilisation fait partie des techniques de production intégrées dans les exploitations apicoles, tout comme la protection et la promotion des stocks de abeilles solitaires, pour lesquelles des abris de reproduction, des « hôtels pollinisateurs » sont installés, des plantes qui peuvent les nourrir sont plantées, et l’utilisation de phytosanitaires est contrôlée.

Actuellement, plusieurs entreprises sur le marché produisent de petites ruches bourdons pour polliniser les cultures en serres (en particulier les tomates), ou la floraison dans les zones froides où les abeilles mellifères sont moins actives.

Source : Isaacs et autres. Écologie de base et appliquée Voici quelques-unes des principales cultures pollinisées par les abeilles :

  • Fruits : amandes, avocats, bleuets, citrouilles, châtaignes, cerisiers, prunes, fraises, fraises, pommiers, pêchers, melons, mûres, néfliers, poiriers, pastèques…
  • Légumineuses : luzerne, trèfle, soja, vesces, prairies mixtes (melilotos, lotus…), pois chiches, haricots…
  • Sosas oléagineux : colza, tournesol…

Petit-déjeuner avec des abeilles, VanengelsDorp

SourcePetit déjeuner sans abeilles, VanengelsDorp

Article écrit par Pajuelo Consultores Apícolas profitant de la date du 20 mai est la Journée mondiale de l’abeille .

Partager :