Apiculture : les reines noires et Buckfast

2
Partager :

Les abeilles sont des maillons importants de l’agriculture. Environ 60 % des légumes et des fruits ne peuvent être cultivés si leurs fleurs ne sont pas pollinisées. La pollinisation a également un impact sur les aliments tels que la viande. Les animaux que vous mangez se nourrissent en effet de végétaux que les abeilles pollinisent. Ces insectes peuvent être élevés pour produire du miel et d’autres sous-produits provenant de la ruche comme la gelée royale, le pollen, la cire ou même le venin. En Europe, de nombreuses abeilles sont utilisées pour la production de miel. Parmi elles figurent la reine noire et la Buckfast.

Quelles sont les différences entre les reines d’abeilles noires et les Buckfast ?

Dans la biodiversité des abeilles, celles qui sont utilisées pour l’apiculture représentent une faible proportion. Elles font partie de l’espèce Apis Mellifera. Au sein de cette dernière, on trouve de nombreuses variétés, sous-espèces ou encore races. Les mutations génétiques artificielles et naturelles font qu’il est difficile de parler de « race pure » chez les abeilles. Les caractéristiques de chacune d’elles diffèrent en effet selon la région où elle est élevée. Découvrons ici une variété et un hybride qui présentent un grand intérêt pour l’apiculture : la reine noire et la Buckfast.

A découvrir également : Quand traiter les arbres fruitiers contre les vers ?

Les reines d’abeilles noires

Présente depuis de nombreuses années en Europe de l’Ouest, cette race d’abeille porte ce nom en raison de sa couleur. Domestiquée et importée en Amérique du Nord par les premiers colons, l’abeille noire a une langue extraordinairement courte de 6,1 mm. Cette sous-espèce peut tout de même butiner dans les corolles profondes. Le rendement n’est évidemment pas le même que celui des abeilles acacia par exemple. L’abeille noire est trapue avec de nombreux poils sur le thorax. Elle en a moins sur l’abdomen.

L’abeille noire est généralement agressive et très défensive contre des envahisseurs comme les guêpes. Toutefois, certaines lignées peuvent être douces. Les reines noires ont une longévité élevée tout comme les ouvrières. Les apiculteurs amateurs éclairés qui veulent préserver la race locale de Normandie y ont généralement recours. Si vous souhaitez installer des ruches, vous trouverez des essaims et des reines d’abeilles noires sur Mesabeilles.fr et bénéficierez des conseils d’un apiculteur expérimenté.

A lire également : Comment choisir une lame de tondeuse à gazon ?

Cette espèce d’abeille est la seule présentant des faculté de remérage ou anecbalie. Les insectes des colonies font spontanément de l’élevage royal lorsque la reine produit moins de phéromones. Elle laisse le procédé se poursuivre jusqu’à la naissance, la fécondation et la ponte de la nouvelle reine. Deux reines, la vieille et la jeune cohabitent donc exceptionnellement dans la ruche. La vieille reine est tuée quelques semaines plus tard, par la plus jeune. Cette race est pour cela considérée comme pérenne, car on trouve toujours une reine vigoureuse dans la colonie.

Les abeilles noires font d’énormes réserves dans le corps de la ruche avec du miel et du pollen en bordure de couvain. Cette sous-espèce d’abeille est très lente au printemps. Bien que rustiques, ces insectes sont peu essaimeuses et pondent moins lorsque les ressources diminuent.

abeille noire, reine, apiculture, essaim

Les abeilles frères Adam ou Buckfast

Beaucoup d’apiculteurs cèdent aux appels de ces hybrides. Le Buckfast étant une marque déposée en Europe et en France, cette race d’abeille est souvent appelée frère Adam. Elle est issue du croisement de plusieurs souches d’Apis Mellifera dans une abbaye de Devon (Angleterre) du même nom. Un moine bénédictin, Karl Kehrle, appelé Frère Adam avait effectué ce travail remarquable pour renouveler le cheptel de l’abbaye dévasté par une épidémie d’acariose.

Avec sa langue de 6,3 mm cette race d’abeille ne peut pas butiner convenablement les fleurs à corolles profondes. Belle, douce, avec un faible instinct de piqûre, elle est essaimeuse pour certains apiculteurs. Les abeilles Buckfast sont cependant peu indiquées pour les récoltes du printemps.

Venant de différentes sous-espèces et de plusieurs régions, l’abeille hybride frère Adam a connu beaucoup de mutations génétiques naturelles. Les reines n’ont donc pas toujours toutes les mêmes couleurs. Ces abeilles sont très prolifiques, très travailleuses et donnent donc de très belles récoltes. Elles consomment en revanche plus de provisions que les abeilles noires. Il est donc primordial de surveiller les provisions par temps froid ou pendant les longs hivers.

Comment bien choisir son miel ?

Ce sucre provient du miellat, ou du nectar, de la sève des arbres ou des plantes fleuries. Le miel est le fruit d’une alchimie entre la région où elle est produite et les abeilles des ruches. Sa couleur et sa texture peuvent être crémeuses et liquides selon la ruche. La qualité du miel est liée au mode de vie des abeilles et des plantes de leur environnement. Les ruches doivent être peu distantes de l’exploitation. La transhumance, qui consiste à les déplacer en fonction des saisons, peut avoir un impact négatif sur la qualité du miel.

Les abeilles ont en effet une routine tout au long de l’année, qui doit être maintenue. Il existe différentes catégories comme les miels :

  • d’été,
  • de forêt,
  • d’acacia,
  • de châtaigniers,
  • de sarrasin,
  • de tilleul,
  • de printemps.

D’autres produits comme le pollen sec, le pain d’épices, la gelée royale ou le nougat blanc issus de ces maillons importants de la biodiversité peuvent être retrouvés chez les apiculteurs.

Partager :