C’est quoi un vers blanc ?

7
Partager :

Les ennemis de vos plantes sont nombreux et le vers blanc est parmi les plus redoutables. Ces petites créatures sont combattues depuis très longtemps, pourtant elles continuent de nuire considérablement à certaines cultures. Il existe pourtant des méthodes pour s’en débarrasser, sans fournir beaucoup d’efforts. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur les vers blancs et comment les combattre.

Qu’est ce qu’un vers blanc ?

Les vers blancs sont les larves de hannetons. Ceux-ci sont eux-mêmes des insectes de la famille des scarabéidés. Conformément à leur nom, ces nuisibles sont blancs, mais présentent quelques zones noires ou jaunâtres. Ils sont légèrement recourbés, vivent dans le sol, particulièrement à côté des racines de vos plantes. Le cycle de vie des vers blancs varie selon le type. Pour le ver du hanneton d’Europe ou de Japon, le cycle dure un an. C’est-à-dire que les œufs sont pondus, puis ils deviennent des larves. Ces larves vont ensuite passer tout l’été, l’automne et le printemps à se nourrir de vos plantes, pour devenir des hannetons au début du nouvel été. Le cycle de vie du hanneton dit « commun » dure plus longtemps, environ deux ans.  Une fois grand, le ver blanc transformé en hanneton parcourt le jardin ou la plantation de préférence en soirée, ses ailes faisant un bruit caractéristique. Les vers blancs et les hannetons ne sont plus aussi nombreux dans les potagers qu’avant, mais ils restent un problème que vous ne pouvez pas ignorer. Cependant, il ne faut surtout pas confondre les vers blancs du hanneton qui sont nuisibles, aux vers blancs de la cétoine dorée qui eux sont très utiles pour vos plantes. C’est vrai que tous ces vers ont à peu près la même structure, mais les vers de la cétoine dorée sont moins grands, avec un corps blanchâtre, contrairement au blanc-jaunâtre du ver de hanneton.  La différence qui est importante pour vos plantes c’est que le ver de cétoine dorée se nourrit des déchets végétaux de votre jardin, ce qui facilite la production de compost. Les tuer serait faire du mal à vos cultures. Si vous repérez des animaux tels que les ratons laveurs et les moufettes autour de vos plantes, c’est probablement qu’ils sont venus là manger des vers blancs.

Lire également : Humur : quel rôle pour la vie des sols en agriculture

Pourquoi les vers blancs sont-ils dangereux pour vos cultures ?

Vous arrosez régulièrement votre pelouse et pourtant rien ne pousse ? C’est probablement parce qu’un hanneton a posé ses œufs dans la terre. Les larves issues de ces œufs se nourrissent de votre gazon pour devenir des hannetons plus tard. C’est là l’une des plus grandes menaces que ces créatures représentent pour vos cultures. Ces larves sont d’autant plus dangereuses qu’elles peuvent exister pendant un long moment dans votre jardin sans que vous ne le sachiez car elles s’enfoncent profondément dans le sol à l’automne, afin de pouvoir survivre à l’hiver. Elles rongent donc vos plantes depuis les racines, empêchant ainsi toute croissance. Comme si ça ne suffisait pas, les rongeurs et autres animaux qui se nourrissent des vers blancs viendront creuser votre plantation pour les débusquer. Les corneilles et les ratons laveurs sont particulièrement doués pour causer ce genre de dommages.  Les vers blancs de hannetons attaquent de préférence des plantes dont les racines sont tendres et riches en nutriments. Il s’agit par exemple des tubercules, des carottes, des pommes de terre, du fraisier, des navettes, la betterave et bien sûr le maïs. Lorsqu’ils grandissent et se transforment en hanneton commun et en hanneton du Japon, ils deviennent encore plus redoutables. Ils sont capables de détruire plus de trois cents espèces de plantes. Le hanneton commun peut dévorer toutes les feuilles d’un chêne, d’un peuplier ou d’un rosier. Le scarabée japonais est l’un des coléoptères les plus nuisibles pour les planteurs. Il mange les feuilles de nombreuses plantes telles que les cerisiers, les rosiers, les pêchers, les pommiers etc. Le hanneton Européen est presque inoffensif pour vos cultures, bien que ses larves soient aussi nuisibles que celles des autres types. C’est la raison pour laquelle il convient d’adopter assez tôt la meilleure stratégie pour tous les neutraliser.

Combattre les vers blancs avec la lutte biologique

La lutte biologique est probablement le meilleur moyen pour se débarrasser de ces nuisibles en préservant vos plantes et l’écosystème. Pour rappel, la lutte biologique c’est la technique qui consiste à introduire des êtres vivants dans un environnement pour neutraliser d’autres êtres vivants nuisibles. Dans ce contexte, l’utilisation des produits chimiques est totalement exclue.  Il peut arriver que la pluie fasse mourir les œufs avant qu’ils n’aient le temps de devenir des larves. Ainsi, vous n’aurez pas besoin de fournir le moindre effort. Mais si les œufs parviennent au stade de ver blanc, vous pouvez biner le sol régulièrement afin de les déloger et les offrir à manger aux oiseaux par exemple. Les ratons laveurs pourraient bien tuer une bonne partie, mais ils risquent de saccager vos cultures par la même occasion. C’est à vous de voir quel seuil de dégâts vous êtes prêts à tolérer. Les taupes causent moins de dégâts que les autres rongeurs, pour la même efficacité.  La meilleure solution consiste cependant à acheter des nématodes entomophages (qui se nourrissent d’insectes). Ces créatures sont des prédateurs naturels des vers blancs et présentent l’avantage d’être moins dévastateurs pour les plantes. Vous les achèterez dans un magasin de jardinage. Vous n’aurez qu’à les répandre sur le sol et laisser la magie opérer. Les produits contenant les nématodes vivants sont plus efficaces.  Appliquez-les soigneusement dans la période allant de fin juillet à début août, dans un sol en 10 et 28ﹾC, après arrosage. Pour en finir avec ces nuisibles définitivement, vous pouvez appliquer des nématodes sur trois périodes : au début du printemps et de l’automne et au milieu de l’été.  Il existe également de nombreux champignons très nuisibles aux vers blancs tels que les Metarhizium anisopliae et Beauveria brongniartii. Encore une fois, leur utilisation est simple : Il suffit d’ensemencer le sol de leurs spores, et de laisser les toxines faire le travail.  Pour prévenir l’arrivée des vers blancs, vous pouvez déjà commencer par réduire l’éclairage dans les alentours de vos cultures, afin que la lumière n’attire pas les insectes qui vont pondre des œufs. Ensuite, vous devrez prendre des mesures pour augmenter les microorganismes autour de vos plantes, afin de ne pas laisser le champ libre aux vers blancs. Préférez par exemple les engrais organiques aux engrais chimiques.

A lire aussi : Quand mettre de l'engrais sur le gazon ?

Partager :