Comment planter un phoenix canariensis en pleine terre ?

67
Partager :

Phoenix Canariensis est aussi appelé palmier des Canaries, ou encore palmier ananas, pour son aspect typiquement reconnaissable. Vous avez un terrain ou un jardin et vous souhaitez y planter un Phoenix Canariensis en pleine terre ?  Nous vous donnons ici tous les conseils que vous devez savoir avant de planter un palmier des Canaries au jardin. 

A lire en complément : Quel tarif pour un paysagiste pro à Rennes ?

Phoenix Canariensis : caractéristiques et histoire

Phoenix Canariensis fait partie des plantes majestueuses qui ornent superbement le jardin par son esthétique reconnaissable. Le palmier des Canaries est aussi communément appelé dattier des Canaries. Cette espèce de palmier est en voie de disparition et pour cette raison, il convient de bien s’en occuper et de réussir sa plantation en pleine terre.

Le palmier dattier (ou faux dattier) des Canaries, comme son nom l’indique, est endémique aux Canaries et en Espagne. Il fait partie de la famille des palmiers et plus précisément de la famille des Arecaceae. Cet arbre ressemble à un ananas géant, possède un port imposant et une couronne touffue et très arrondie.

A lire également : Comment réparer vos engins de motoculture à moindre coût ?

Avec son feuillage vert et persistant muni d’épines, le palmier des Canaries orne le jardin toute l’année. Cet arbre donne des fruits sur les sujets femelle, de petits fruits ovoïdes jaune-rouge. Par ailleurs, les fleurs de ces palmiers sont d’une splendeur qui donne forcément envie de s’offrir un palmier des Canaries. Les fleurs de Phoenix Canariensis sont splendides et atteignent la floraison au mois d’avril. Ses fleurs sont blanc-jaune.

Phoenix Canariensis est un vivace qui peut prendre beaucoup de place au jardin. À maturité, ce palmier, qui est en réalité une plante à fleurs et non un arbre, peut en effet mesurer jusqu’à 10 mètres de haut. 

Le palmier des Canaries en France

En France, Phoenix Canariensis a été importé à la fin du XIXe siècle et reste l’emblème des paysages méditerranéens. Le palmier des Canaries se retrouve dans de nombreux jardins urbains de France, sur les avenues de la Côte d’Azur… Il a même su s’acclimater jusqu’en Bretagne. 

Sur le pourtour méditerranéen, il est considéré comme menacé dû à la présence du charançon rouge des palmiers. Ce coléoptère  fait des ravages sur cette espèce, qui nécessite de plus en plus de protection afin de subsister à l’état naturel. En hiver, ces plantes géantes à fleurs ont besoin d’être protégées.

Dans d’autres régions du monde, il est cultivé pour sa beauté et sa rusticité. Ainsi, on le retrouve en Afrique du Nord, dans le Sud des Etats-Unis, en Floride ou en Californie où il est même classifié comme plante envahissante…

Réussir la plantation du palmier des Canaries en pleine terre

Vous avez fait l’acquisition d’un palmier des Canaries ? Comment réussir à coup sûr la plantation et la mise en pleine terre de Phoenix Canariensis ? On vous dit tout ce que vous devez savoir sur les précautions à prendre avec votre palmier dattier. Suivez notre tuto !

Pour réussir la plantation de Phoenix Canariensis, certaines conditions doivent être réunies. Cette espèce exotique a besoin d’un certain environnement pour se plaire et bien se développer. 

Le palmier des Canaries a besoin d’espace

Tout d’abord, lorsque vous plantez ce genre de plantes, n’oubliez pas que l’arbre prendra beaucoup de place s’il se plaît bien. En l’espace de quelques années, Phoenix Canariensis peut avoir besoin de beaucoup d’espace pour être à l’aise.

Si vous plantez un Phoenix Canariensis, il ne bougera pas d’endroit ensuite : réfléchissez bien à l’endroit de la plantation du palmier. Au début, lorsque ces plantes sont jeunes, elles ne prennent pas beaucoup de place. Les feuilles peuvent atteindre les 2 mètres, mais rarement plus, avec un diamètres de 15 centimètres pour son tronc.

Dès lors qu’il est en pleine terre, le palmier des Canaries peut s’étaler et atteindre les 3 mètres de diamètre pour ses feuilles, et ceci, en quelques années (3 ou 4 ans). Phoenix Canariensis a une croissance rapide : attention à ne pas le planter près de bâtiments : il serait gêné, même si en théorie, les racines de ces palmiers ne sont pas une menace pour les canalisations ou les murs et les fondations.

Les racines de Phoenix Canariensis ne se développent pas, à l’inverse de celles d’un arbre. C’est donc plus par souci de bien-être de la plante et par souci d’esthétique que vous devez penser l’endroit de vie de votre palmier avant de la planter en pleine terre.

Les étapes de la plantation du palmier des Canaries

Avant toute chose, assurez-vous que le climat est vraiment idéal pour planter un Phoenix Canariensis chez vous dans le jardin.

Apportez votre palmier des Canaries près du trou qui doit l’accueillir. Le trou parfait pour un palmier des Canaries fait un minimum de 50 cm, pour prévoir l’envergure et l’ajout de terre riche. Le volume du trou doit faire le double de celui de la motte.

Le mélange à préparer est idéalement constitué de 50 % de terre franche, 25 % de compost et 25 % de sable (optionnel). Remplissez 1/3 du trou avec votre mélange de terre et comblez au fur et à mesure une fois la motte placée au centre. Ayez soin de maintenir le palmier bien droit. Ajoutez un engrais en granulés si vous n’avez pas de compost.

Une fois la plantation de votre Phoenix Canariensis effectuée, il est utile de former une cuvette de rétention et d’y verser de l’eau. Une fois que Phoenix Canariensis est bien installé et acclimaté, une année après la plantation, utilisez du fertilisant liquide à ajouter à l’eau d’arrosage, à donner en période de végétation active : le palmier des Canaries est très gourmand !

Quelle terre choisir pour votre palmier des Canaries ?

Une bonne chose pour votre palmier des Canaries : celui-ci se plaît dans tous les types de sol. Phoenix Canariensis a toutefois besoin de terre riche. Celle-ci sera placée sur au moins 50 centimètres de profondeur. S’il rencontre des roches et qu’il n’a pas accès à une profondeur et à une bonne terre, votre palmier végétera tout simplement, ce qui est bien dommage. Il ne produira ni fleurs ni fruits (sujets femelles).

Le palmier des Canaries est plus à l’aise dans des sols argileux que dans des sols sablonneux, contre toute attente. Le palmier des Canaries a besoin d’un sol plus riche et humide que le sable, qui draine trop. Avant de planter votre palmier, assurez-vous que vous avez le bon type de sol ou alors que vous êtes en mesure de modifier quelque peu la nature du terrain pour accommoder votre nouveau Phoenix Canariensis.

Comment protéger le palmier des Canaries en hiver ?

Phoenix Canariensis est certes un persistant vivace, mais il ne supporte pas les hivers trop rigoureux, étant une espèce tropicale. Il est donc conseillé, en plein hiver, de protéger votre palmier avec un voile d’hivernage (voile de forçage ou voile intissé) et de bien l’envelopper à cœur.

Si besoin, utilisez un câble chauffant pour protéger le cœur et empêcher l’air froid de trop circuler à cet endroit. À la base de l’arbre, déposez une riche couche épaisse de feuilles mortes afin de « pailler » sur 30 centimètres d’épaisseur. L’ajout d’une couverture peut aussi aider la plante à survivre en cas de gros coup de gel ou de froid.

Si le bourgeon du palmier prend froid, la plante aura du mal à se remettre. N’hésitez pas à bien renforcer la protection du cœur. Nul besoin d’insister sur la protection de l’extrémité des palmes, ce n’est pas là que ces plantes ont besoin d’être protégées.

L’entretien du palmier des Canaries

Entretenir un palmier des Canaries n’est pas difficile. Une fois qu’il s’est bien acclimaté, n’hésitez pas à lui donner de l’engrais ou tout autre fertilisant. Phoenix Canariensis est avide de terre riche et va puiser ses ressources rapidement.

Pour reproduire le fameux ananas, il suffit tout simplement de couper les vieilles palmes du palmier, qui forment ensuite les particularités de son tronc. C’est au fur et à mesure de la croissance de votre palmier des Canaries que celui-ci prendra l’aspect d’ananas. Si vous choisissez un palmier des Canaries à fruits rouges, sachez que l’entretien est exactement le même que pour Phoenix Canariensis.

La taille des palmes de Phoenix Canariensis (intérieur et extérieur)

Si vous devez entretenir un palmier des Canaries en intérieur, aucun problème : en véranda ou en serre froide, il se plaira aussi bien. Taillez la couronne foliaire afin de diminuer le nombre de palmes et de redonner une belle forme à la plante. En intérieur, votre Phoenix Canariensis peut atteindre les 2,20 m de hauteur, à moins qu’il ne soit disposé en pot d’une contenance maximum (3,5 mètres de haut).

La taille des palmes de ces plantes se fait au fur et à mesure, toute l’année (feuilles jaunes et jaunissantes). La plantation s’effectue de mars à juin et vous profitez de la floraison de juin à août, selon les sujets. En périodes de fortes chaleurs et de sécheresse prolongée, il est conseillé d’arroser à la base, mais ne vous inquiétez pas plus pour l’acclimatation de Phoenix Canariensis. Il supporte bien mieux la chaleur que le froid.

Phoenix Canariensis supporte d’être en zone allant jusqu’à – 10 °C, dans les vents, mais ne le poussez pas à s’adapter à un climat essentiellement froid sans précaution : il ne tiendrait pas et ce serait bien dommage. Nul besoin de pailler votre palmier des Canaries en intérieur, ou même de lui mettre un voile d’hivernage.

L’apport d’eau : terre et feuillage

Phoenix Canariensis a besoin d’eau. En période d’été, du mois de mai au mois de septembre, il est tout de même conseillé, surtout si vous habitez en zone plutôt chaude, d’arroser fréquemment. Vous pouvez ensuite espacer les arrosages entre octobre et avril, quitte à faire sécher un peu la motte. Ce conseil vaut pour les palmiers d’intérieur et d’extérieur.

Le feuillage du palmier des Canaries en intérieur nécessite d’être vaporisé avec de l’eau. L’hygrométrie augmente, vous chassez les acariens et vous nettoyez en même temps les feuilles / palmes.

Manipulation du palmier Phoenix Canariensis 

Enfin, au cours de toutes vos manipulations de la plante, faites bien attention aux épines des palmes de Phoenix Canariensis, qui sont dangereuses. Portez des gants de cuir épais au moment de la taille et des manipulations / changements de pièce.

Les maladies du palmier des Canaries

Le palmier des Canaries a beau être une plante coriace, vivace et persistante, elle peut aussi être attaquée par des parasites. Le charançon rouge est notamment responsable de sa disparition. Il s’agit du fameux tueur des palmiers. Le Sud-Est de la France est extrêmement touché par la présence de ce coléoptère ravageur.

Ce n’est pas la peine de tenter de lutter contre ces attaques seul : il est conseillé de faire appel à une entreprise spécialisée dans la lutte contre ces parasites. Pour les sujets en bac en intérieur, la cochenille et les acariens sont les principaux soucis à éviter. Des produits insecticides spécifiques sont à utiliser en cas d’infestation.

Comment multiplier le palmier des Canaries ?

Il est tout à fait possible de récupérer des graines de palmier des Canaries et de tenter de multiplier la plante. Ce processus se fait tout simplement par semis. Si vous avez un sujet femelle, récoltez les fruits au moment où ils apparaissent, débarrassez-les de la pulpe et gardez les graines pour les faire sécher.

Le semis se fait au printemps suivant. Préférez le semis en pot et non en pleine terre, pour plus de réussite. Dans vos pots, vous mettez :

  • 2/3 de terreau à semis
  • 1/3 de sable

Les graines doivent être enfoncées à 2 centimètres en-dessous du niveau de la terre. Il faut compter environ 1 mois pour que les graines ne germent, mais celle-ci peut intervenir au bout de 2 mois : soyez patient !

Dès que vous obtenez 2 feuilles par plant, rempotez dans un pot plus grand avec un mélange similaire de terre. En tout état de cause, la terre de vos pots doit toujours être humide, pour que la plante ne souffre pas de manque.

Un petit palmier développe sa racine puis ses feuilles. La graine se sépare naturellement du plant, sans besoin d’intervention de votre part. 

En extérieur, évitez d’utiliser des produits chimiques pour désherber. Plus vos engrais et vos désherbants seront naturels, mieux ce sera pour votre plante, en intérieur (pot) ou en extérieur.

Partager :