Quand traiter les arbres fruitiers contre les vers ?

32
Partager :

Nous devons être conscients que les changements ne sont jamais gratuits, tous ne sont pas des avantages, aujourd’hui nous ne pouvons pas prétendre avoir de nouvelles variétés, résistantes au gel, de haute qualité commerciale, de modèles résistants à la sécheresse, de nouvelles techniques de culture et des températures tempérées sans aucun problème. Un problème sous la forme d’un coléoptère peut devenir un gros problème si nous n’agissons pas. Il est urgent de rechercher et d’expérimenter des produits et des techniques efficaces contre Capnodis tenebrionis, il est clair qu’il s’agit non seulement d’un problème majeur dans les amandiers biologiques, mais aussi dans les amandiers conventionnels, car aujourd’hui environ 10% des plantations d’amandiers peuvent être affectées et les conditions météorologiques en vue, avec une tempérance évidente dans les températures, ne sont pas en notre faveur à cet égard. Le changement climatique permet déjà à l’adulte tête de survivre toute l’année dans le lui-même sans avoir à se réfugier dans le sol comme avant quand les saisons étaient clairement marquées par des changements de température. Ce que nous sommes sûrs, c’est que face à cette évolution et l’expansion des conditions nuisibles et climatiques, la solution à moyen et long terme, n’est pas dans les insecticides chimiques, mais dans la nature elle-même, pour sûr que dans un certain temps, lorsque l’intensité de l’organisme nuisible est forte, la tête apparaîtra quelque ennemi avec lequel vous trouverez votre tête fait mal aussi. Il serait souhaitable que nous investissons d’urgence dans la recherche et que nous avancions à cet égard, forçant ainsi l’apparition de l’ennemi naturel dès que possible, le piège ou la phéromone nécessaire. Mais ce qui est clair, c’est que, même si cela se produit, nous ne pouvons attendre de ne rien faire, dans l’agriculture, la question n’est pas qu’il n’y ait pas de problèmes ou qu’il n’y ait pas de problèmes, mais qu’il s’agit de les régler et de les maîtriser dans à chaque fois avec les médias à portée de main. La question est donc : que pouvons-nous faire aujourd’hui les agriculteurs biologiques qui ont une présence ou un risque de tête de tête ?  : 1. Attaquer leur habitat, exiger que les fermes abandonnées bordent de sorte qu’ils sont déracinés en hiver et brûlé les restes végétaux, puis procéder à tourner la terre à l’air et produire la mort des larves et des œufs. 2º Agir contre l’invasion, déraciner en hiver, au moins des formes mobiles il y a, tous les arbres secs et les arbres bordant sensibles à l’affection dans notre propre plantation, tournant également la terre pour inverser les horizons du terrain et exposer les larves et les œufs. 3e Contrôler l’apparition des adultes, apparaissent généralement deux générations, la première entre le premier avril et la mi-mai, et la seconde de la mi-août à la fin de Septembre, il est important d’observer la apparition du coléoptère, puisque depuis son apparition, il a 15 jours pour se nourrir, s’accoupler et effectuer la pose qu’il effectuera avec des températures supérieures à 20ºC. 4e Agir contre la population adulte5º Adopter des mesures de précaution qui entravent l’implantation en pulvérisant de pyréthrine naturelle à 4% plus huile de Neem à une dose appropriée, donnant un passage au début de juillet, mi-août et fin septembre, c’est au moment où l’adulte est potentiellement le plus actif. , labourer périodiquement de sorte que le sol est lâche principalement dans le 60 cm. attaché au tronc qui est où l’adulte profite des fissures du sol sec pour pénétrer et faire la pose principalement pendant les mois de mai aseptiembre.

A lire aussi : Quel organe de la plante absorbe le CO2 ?

Partager :