Gros plan sur la technique d’ensilage

L’ensilage est un procédé utilisé pour préserver au mieux la valeur énergétique de l’herbe ou du fourrage. Il se fait par fermentation anaérobique. Le but de cette technique est de nourrir les vaches de la même manière qu’en pâture pendant la saison sèche et froide. En savoir un peu plus en détail dans l’article qui suit.

Qu’est-ce que l’ensilage ?

Au-delà des provendes, les vaches sont nourries essentiellement avec de l’herbe. Au cours de la belle saison, cette verdure est broutée en direct dans le pâturage. Mais elle ne pousse pas le long de l’année. Par voie de conséquence, les agriculteurs sont obligés de faucher l’herbe pour ensuite en stocker. C’est là tout l’intérêt de l’ensilage. Il s’agit d’une technique de conservation des fourrages utilisée notamment pour garantir la sécurité alimentaire des animaux en saison sèche. Le premier grand atout de ce procédé est qu’il permet d’obtenir des stocks très riches en PDI (protéines digestibles dans l’intestin) et en UF (unités fourragères). Ainsi, le cheptel pourra toujours bénéficier d’une nourriture végétale saine, quelle que soit la météo.

A lire aussi : Comment choisir votre bâche bassin ?

Dans le cadre de l’ensilage, il existe trois principaux types de stockage. D’abord, il y a le silo taupinière qui consiste à réaliser la conservation des fourrages sur une surface plane bétonnée. Il a le mérite d’être gratuit et facile à pratiquer. Cependant, il génère une perte inéluctable, plus particulièrement sur les bords du tas. Le deuxième, c’est le silo couloir qui consiste à effectuer l’ensilage entre deux murs bétonnés. Contrairement au premier procédé, celui-ci permet d’éviter le gaspillage. Son inconvénient, c’est qu’il nécessite d’investir dans la fabrication du silo. La dernière technique de stockage, c’est le silo vertical. En plus de n’occuper que peu de place, celui-ci n’occasionne aucune perte, mais il est plus coûteux.

Les étapes clé pour faire de l’ensilage

Pour un ensilage optimum, il existe quelques étapes à suivre et un certain nombre de conditions à respecter. D’abord, il est important de récolter les herbes jeunes et ainsi de les conserver tôt pour obtenir une nourriture riche en azote et en énergie. En effet, lorsque les fourrages sont très secs, ils seront difficiles à empiler. Par exemple, dans le cas d’un ensilage maïs, la cueillette doit avoir lieu quand le taux de matière sèche se situe entre 32 et 35%, c’est-à-dire lorsque le grain est en phase pâteuse-vitreuse. Il faudra ensuite veiller à la qualité du hachage. Le déchiquetage ne doit pas être ni trop gros, ni trop fin.

A voir aussi : Comment bien choisir votre serre de jardin

L’acidification optimale résulte d’une bonne teneur en sucre. C’est pourquoi il est recommandé de réaliser le fauchage l’après-midi, mais non pas le matin. Également, il est nécessaire d’effectuer le préfanage. Un tel procédé permet d’obtenir un taux de matière sèche optimum. En outre, le silo se doit de parquer le fourrage. De ce fait, il doit avancer au fur et à mesure du chantier d’ensilage. Dès que l’opération se termine, il convient de fermer vite et de manière hermétique le réservoir afin d’empêcher la respiration des brins. Enfin, pour une meilleure protection contre les UV, il est important de disposer de la bâche agricole sur le tas.

Les avantages de l’ensilage pour l’alimentation animale

L’ensilage est une technique qui permet de conserver la qualité des aliments pour animaux, et ce, sur le long terme. En effet, grâce à cette méthode de conservation par fermentation lactique anaérobie, le fourrage peut être stocké pendant plusieurs mois voire même un an sans se détériorer. L’ensilage offre des avantages nutritionnels non négligeables pour les animaux d’élevage : il contient davantage de protéines ainsi qu’une teneur en énergie supérieure à celle du foin.

L’ensilage présente aussi des avantages économiques car il évite les perturbations liées aux variations saisonnières dans la production ou encore au coût exorbitant de certains aliments importés. Les agriculteurs peuvent produire leur propre alimentation à partir de leurs propres cultures pour nourrir leurs bêtes toute l’année.

Pensez à bien noter que l’ensilage suscite souvent une appétence importante chez les ruminants, ce qui assure une meilleure consommation alimentaire et donc un développement optimal chez les jeunes bovins notamment.

Comment bien conserver et stocker l’ensilage pour une utilisation optimale

Afin de garantir la qualité de l’ensilage, il est indispensable d’avoir un protocole rigoureux lors de la phase de conservation. Voici quelques étapes clés à suivre :

Récolte du fourrage : La récolte se fait généralement en été lorsque les plantations sont riches en matières sèches et en sucre, avec des teneurs basses en fibres structurales qui favorisent le processus fermentatif.

Triage des produits : L’étape suivante consiste à trier les parties abîmées ou endommagées avant d’introduire le fourrage dans les silos.

Fermentation lactique anaérobie : Vous devez presser et compacter tous ces végétaux pour éviter toute introduction d’air susceptible d’inhiber la fermentation lactique anaérobie, principal procédé chimique responsable de la production de l’acide lactique permettant la conservation.

Stockage dans des silos hermétiques : Les pratiques modernes sont plus respectueuses de l’environnement grâce à l’utilisation de silages hermétiques car ils permettent d’éviter les perturbations microbiennes pouvant affecter la qualité nutritionnelle du produit final. Cette technique garantit une absence totale d’air et donc préserve ainsi toutes les bactéries responsables de la production des acides organiques présents dans la liste des ingrédients utilisée pour nourrir votre bétail tout au long de l’hiver.

Contrôle régulier : Le contrôle régulier du taux d’humidité dans le silo est un élément clé pour garantir la conservation et la qualité de l’ensilage. C’est pourquoi vous devez être vigilant en mesurant régulièrement la température et les taux d’humidité.

Durée de conservation : La durée de stockage dépend des conditions climatiques, mais aussi du choix des variétés cultivées. En général, l’ensilage peut être consommé jusqu’à un an après sa mise en place.

En suivant ces étapes avec rigueur et professionnalisme, vous obtiendrez une ensilage parfaitement conservée qui permettra à vos animaux d’élevage de se nourrir tout au long de l’année sans risque sanitaire lié aux moisissures ou autres contaminants fongiques.

Afficher Masquer le sommaire